Passer au contenu principal

Nouvelles

Eric et Sandra Dyck : Nous sommes fiers de notre entreprise

Voici le premier d’une série de portraits de jeunes producteurs d’œufs. Ils participent tous au programme national de la relève des Producteurs d’œufs du Canada et prendront part au congrès annuel de la Table pancanadienne de la relève agricole, qui a lieu à Vancouver du 26 au 29 février.

Eric et Sandra Dyck

Springstein (Manitoba)
34 et 35 ans

DyckFamily0231
« Nous sommes fiers de notre entreprise. Cette fierté nous permet d’imaginer que nos enfants pourraient travailler dans le même domaine ».

Eric et Sandra Dyck sont fiers des œufs qu’ils produisent, ainsi que de leur façon de faire.

Et ils sont contents de penser qu’ils bâtissent une entreprise qu’ils pourraient un jour laisser à leurs enfants.

« Nous sommes fiers de notre entreprise, explique Sandra. Et cette fierté me permet d’imaginer que nos enfants pourraient travailler dans le même domaine ».

L’entreprise en question est une ferme à produits multiples située à Springstein, à une vingtaine de kilomètres à l’ouest de Winnipeg (Manitoba).

Eric raconte que la famille s’est établie ici dans les années 1920. Au début, il s’agissait d’une ferme mixte, avec du bétail et des céréales.

Au cours des années 1960, son grand-père a décidé de se repositionner et a convoqué ses enfants pour les demander de choisir entre les cochons et les poules pondeuses.

On a choisi les pondeuses.

« Mon père avait deux sœurs, et on a pensé que les filles auraient plus le goût de donner un coup de main dans un poulailler », explique Eric.

Aujourd’hui, la ferme produit des céréales, des oléagineux et des semences fourragères ainsi que des œufs. Ils ont également des abeilles et une entreprise de pollinisation.

Ils sont trois à mener l’entreprise : Eric, Sandra, et Susan, la mère d’Eric. Eric gère, Susan s’occupe de la comptabilité, et Sandra y travaille à temps partiel tout en s’occupant des trois enfants du couple âgés de 3, 5 et 7 ans.

Selon Sandra, la stabilité fournie par le système de gestion de l’offre présente un grand avantage.

« Nos autres opérations dépendent de la météo, dit-elle. La production d’œufs avec la gestion de l’offre nous permet une sécurité financière. Et en plus, la routine qu’elle impose ordonne notre vie, ce qui nous plaît bien ».

Eric aussi aime bien la routine, qui consiste à surveiller les poules et ramasser les œufs.

« Je l’ai fait toute ma vie », dit-il, bien qu’il admet qu’il ne l’a pas toujours autant appréciée.

Le couple Dyck est confiant face à l’avenir et ils font leur possible pour être au fait des dernières tendances.

« Je crois que le marché aura une influence déterminante sur l’avenir de nos opérations », explique Eric, en ajoutant que depuis quelques années les consommateurs s’intéressent à la provenance de la nourriture et aux normes qui régissent les aliments.

Pour être au fait des tendances et des questions d’actualité, le couple s’informe auprès d’autres producteurs et il écoute le public.

« Lorsqu’on sort et qu’on dit à quelqu’un qu’on est producteur agricole, les gens ne se gênent pas pour nous présenter leurs opinions », dit Eric.

« Nous aimons bien ce genre de dialogue », ajoute Sandra, en expliquant qu’ils y voient la chance d’instruire le public quant à la provenance de leur nourriture. Le public, ajoute-t-elle, a grand besoin d’être instruit.

« Nous tenons à faire savoir que la santé et le bien-être de nos animaux nous importe vraiment beaucoup » note Eric.

« Le bien-être des animaux passe en premier, ajoute Sandra. Sans les animaux, nous n’avons pas d’entreprise ».

Commentaires

Abonnez-vous dès aujourd’hui à notre bulletin d'information