Les cinq raisons qui motivent Bruce Muirhead à appuyer la gestion de l’offre


Les producteurs d’œufs du Canada utilisent un système efficace pour contrôler la production d’œufs. Ce système unique – la gestion de l’offre – est une « approche canadienne géniale » selon le professeur Bruce Muirhead de l’Université de Waterloo. Le Dr Muirhead est un historien qui a écrit plusieurs articles portant sur les négociations commerciales et la politique agricole du Canada depuis la Seconde Guerre mondiale. Il a aussi traité de la politique économique canadienne et du développement international. Ses récents travaux ont approfondi les aspects de la gestion de l’offre, un système qu’il juge raisonnable. M. Muirhead possède une connaissance profonde de la gestion de l’offre et explique les raisons pour lesquelles ce système fonctionne correctement; nous lui avons donc demandé de mettre en relief cinq aspects que la population canadienne doit connaître au sujet de ce système. Voici ses réponses :

1. « Notre système donne une voix aux producteurs pour l’établissement des prix; ils ont la chance de gagner leur vie. »

Le Dr Muirhead a passé du temps avec les intervenants de l’industrie des œufs d’un peu partout dans le monde, de l’Australie à la Nouvelle-Zélande, en passant par le Royaume-Uni, l’Europe et les États-Unis. Il note d’ailleurs que « les producteurs d’œufs de partout dans le monde font face à des défis : les investissements sont trop élevés, les revenus sont trop bas et ils en ont juste assez pour vivre ». L’établissement des prix est un élément important pour que les producteurs réussissent à couvrir les coûts de production d’une douzaine d’œufs tout en obtenant des revenus stables. M. Muirhead relève plus particulièrement l’expérience de l’Australie qui est peut-être le marché des œufs le plus « déréglementé » dans le monde. Dans ce marché, les producteurs ont du mal à couvrir leurs coûts et à assurer la viabilité de l’industrie. « Si vous voulez de bons aliments, vous avez besoin d’un marché stable; pour y arriver, il faut que les producteurs aient leur mot à dire dans l’établissement des prix. »

2. « La gestion de l’offre favorise la stabilité des marchés, autant pour les producteurs que pour les consommateurs. »

Certains critiques affirment que les consommateurs paient plus cher pour les produits soumis au système de gestion de l’offre. Les éléments probants provenant de l’extérieur du Canada démontrent plutôt le contraire. « À plusieurs endroits en Australie, en Nouvelle-Zélande et aux États-Unis, les œufs canadiens sont moins dispendieux. Par exemple, à Seattle, Los Angeles et New York, les œufs coûtent plus cher. » Le Dr Muirhead souligne avec fierté que les prix demandés pour certains aliments au Canada sont parmi les plus bas au monde. Les consommateurs profitent de ces prix abordables rendus possibles par la gestion de l’offre.

3. « La gestion de l’offre n’est pas une subvention. »

Le Dr Muirhead salue l’équilibre favorisé par la gestion de l’offre, un système « qui est important pour la viabilité de l’industrie. » M. Muirhead propose l’exemple de Donald Fleming, ministre des Finances dans le gouvernement de l’ancien premier ministre John Diefenbaker. Lors des réunions du cabinet, M. Fleming se plaignait avec véhémence de projets de loi inutiles qui subventionnaient les producteurs de lait, de volailles et d’œufs. « C’est l’une des raisons pour lesquelles nous sommes passés à la gestion de l’offre. Le gouvernement voulait que ces industries deviennent durables par leurs propres moyens. » M. Muirhead compare d’ailleurs avantageusement notre système à celui en place aux États-Unis, là où « chaque industrie agricole reçoit des subventions. »

4. « La gestion de l’offre fait partie d’un mouvement qui mène à la sécurité alimentaire. »

La « sécurité alimentaire » – l’assurance que les citoyens obtiennent un approvisionnement régulier et abordable de denrées – est un sujet brûlant chez les universitaires et les décideurs politiques. La gestion de l’offre est un élément important pour assurer la sécurité alimentaire de la population canadienne. « Il me semble que chaque fois que vous mettez tous vos œufs dans le même panier – que vous dépendez des importations – les problèmes surviennent. » La gestion de l’offre fait en sorte que l’offre pour les œufs au Canada correspond à la demande canadienne. Le Dr Muirhead ajoute : « Nous aurons un avenir alimentaire sécuritaire tant que nous pourrons tirer parti de la gestion de l’offre. »

5. « La gestion de l’offre assure la survie des fermes familiales. »

Le Dr Muirhead estime qu’au Canada, une ferme de production d’œufs moyenne compte environ 20 000 poules – « c’est une ferme familiale. » En comparaison, nos voisins américains comptent une soixantaine de sociétés qui exploitent plus d’un million de poules chacune. C’est le caractère familial de la production des œufs au Canada qui nous offre des fermes durables et qui appuie le dynamisme des collectivités rurales.

Nous tenons à remercier le Dr Muirhead d’avoir pris le temps de nous parler et de nous aider à sensibiliser la population canadienne à tous les avantages de la gestion de l’offre.

 

Muirhead_Supply_Management_960x500-1