Chasse aux idées fausses : les œufs, le cholestérol et vous


Parfois, une petite idée fausse peut avoir un effet majeur sur la perception publique.

Remontons en arrière—si jamais les œufs ont fait l’objet d’une controverse, vous vous en souvenez certainement : le cholestérol.

Le seul fait de prononcer le mot suffisait pour causer une panique chez les adeptes de la santé. Or, la cause sous-jacente de cette panique s’avéra découler d’une profonde incompréhension au sujet du cholestérol et de son fonctionnement (ainsi que de sa relation avec les œufs)—ce que les Canadiens ne savent peut-être pas, c’est pourquoi le cholestérol soulevait tant d’inquiétudes au départ!

Pour retracer l’origine de cette inquiétude au sujet du cholestérol, il faut revenir  plus de 50 ans en arrière aux  recommandations désuètes contenues dans les U.S. Dietary Guidelines for Americans et l’American Heart Association qui, à l’époque, conseillaient aux Américains de limiter leur consommation de cholestérol alimentaire1. Au fil des ans, ces recommandations n’ont pas évolué au même rythme que les découvertes scientifiques, devenant désuètes et décrivant incorrectement le rôle que joue le cholestérol dans notre alimentation.

Étant donné que les œufs contiennent naturellement environ 200 mg2 de cholestérol, ils eurent mauvaise presse parce qu’on croyait à l’époque que le cholestérol alimentaire affectait directement le cholestérol sanguin et constituait par le fait même un risque de cardiopathie. Pour comprendre pourquoi cette peur des œufs était—et est—complètement injustifiée, il est utile de comprendre comment fonctionne le cholestérol.

Le cholestérol est une substance cireuse molle présente dans notre sang qui est produite naturellement par notre foie3. Le cholestérol sanguin existe à la fois comme lipoprotéine de faible densité (LDL) ou lipoprotéine de haute densité (HDL). La LDL est le type de cholestérol associé au risque accru de maladie cardiovasculaire et de  plaque artérielle4. Il est important de noter que le cholestérol alimentaire (le genre qu’on retrouve dans les œufs) a très peu d’effet sur le cholestérol sanguin5.

Les Producteurs d’œufs du Canada (POC) se sont donnés pour mission d’aider plus de Canadiens à comprendre la valeur nutritive des œufs et, dans le cadre de ces efforts, ils ont conçu un programme national d’éducation des médecins de famille au sujet du cholestérol, de la nutrition et des œufs. C’est ainsi que des représentants des POC dans chaque province ont approché des médecins dans le but de leur présenter les plus récentes découvertes scientifiques au sujet du cholestérol.

En 2013, nous avions communiqué à 19 500 médecins6 les plus récents renseignements au sujet de la valeur nutritive des œufs. Grâce à ce travail de représentation et à un rapport7 souvent cité de 2015 qui fait autorité et qui réhabilite les œufs dans l’imagination populaire, de grands progrès ont été réalisés dans le rétablissement de la confiance du public dans l’important apport nutritif des œufs.

Des données scientifiques dépassées dénonçaient les œufs comme nuisibles à la santé cardiovasculaire. Or, nous savons maintenant que c’est un mythe que nous sommes très heureux de faire éclater!