Agriculture verte? Rencontrez le producteur qui montre la voie


Le Jour de la Terre approche à grands pas; c’est le moment idéal pour réfléchir aux répercussions qu’ont nos actions sur l’environnement et le changement climatique, l’un des défis les plus importants de notre siècle. Comme l’a dit l’ancien secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, « le changement climatique ne connaît pas de frontières; il ne fait aucune distinction entre les riches et les pauvres, les petits et les grands. Il s’agit d’un problème mondial qui demande une solidarité mondiale». Le Canada ne représente qu’une portion des émissions mondiales, mais il apporte sa contribution. Aujourd’hui, nous sommes le quatrième plus important producteur d’énergie verte2, et chaque Canadien aspire à devenir meilleur.

Une partie de ce progrès pancanadien est attribuable au travail des producteurs d’œufs canadiens, qui tentent de rendre plus écologique l’énergie qu’ils utilisent sur leur ferme. Il s’agit d’une nouvelle tendance dans l’histoire de la production d’œufs, et d’une tendance primordiale étant donné les besoins en électricité de ce type d’industrie. Le changement vert, soutenu par la stabilité et la prévisibilité offertes par la gestion de l’offre, un système qui permet aux producteurs de planifier d’importants investissements en capital pour des infrastructures favorisant l’énergie verte, se produit partout au Canada rural.

Un des producteurs à l’avant-garde de cette nouvelle tendance est le Manitobain Abe Loewen. Il a récemment investi dans des panneaux solaires pour chauffer et rafraîchir la maison familiale ainsi que sa ferme entière, qui abrite 12 600 poules. Nous avons discuté avec Abe de son grand saut dans cette vague verte et des raisons pour lesquelles il croit que ce changement représente l’avenir de l’industrie.

Abe Loewen a acquis sa ferme en 1999. « Avant, nous étions éleveurs de bétail. Nous nous sommes lancés en agriculture en 1991 », dit-il. Son « nous » comprend sa femme Trudy et lui; ils travaillent avec des poules depuis environ 20 ans et ils se sont mariés à peine un an avant de se lancer en agriculture.

Avant 1999, Abe et Trudy travaillaient sur la terre du beau-père d’Abe, mais il n’y avait pas assez d’espace.

« J’ai toujours pensé que les poulets seraient un bon moyen de vivre pour nous si je pouvais m’y mettre, dit Abe. Donc, lorsque j’ai vu une ferme à vendre, j’ai fait une offre. »

Nous avons demandé à Abe comment il s’est senti après s’être joint à l’industrie des œufs. « Fantastique. »

« Cela signifiait un travail stable, et nous pouvions faire un profit raisonnable. J’étais très heureux de devenir un producteur d’œufs. »

« Tout ça grâce à la gestion de l’offre », remarque-t-il.

Les producteurs comme Abe qui adoptent l’énergie renouvelable sont seulement l’une des raisons pour lesquelles l’empreinte écologique de l’industrie des œufs a été réduite de moitié au cours des cinquante dernières années.

Deux décennies plus tard, c’est cette même stabilité qui a aidé Abe à effectuer un changement vert sur sa ferme : l’installation de panneaux solaires. Le changement a été amorcé par Dylan, le fils d’Abe; il a participé à un salon agricole à Brandon, au Manitoba, où il a appris les possibilités de l’énergie solaire sur les fermes.

« Dylan m’a montré les nombres, se rappelle Abe. En gros, les panneaux vont se payer en 12 ans, et après nous aurons de l’électricité gratuite. »

La notion d’énergie qui se paie elle-même est alléchante pour les producteurs comme Abe. « L’énergie utilisée sur la ferme coûte très cher. »

Mais l’investissement va bien au-delà de l’économie d’argent. « J’aime vraiment ce travail, faire ce qui est bon pour l’environnement, bien gérer la terre et le faire intelligemment », dit-il. Il recommande aux autres producteurs d’utiliser l’énergie solaire pour le fait seul que ce changement a un effet positif sur l’environnement. Toutes les révolutions ont besoin de leaders, et ce sont les producteurs comme Abe Loewen et Darrel Mandel qui inspirent les autres.

« L’industrie est déjà un chef de file en matière de gestion environnementale », dit-il fièrement.

« La production d’œufs n’occupe pas beaucoup d’espace, elle n’a pas besoin d’une grande base. C’est une très bonne chose que la production d’œufs ait une incidence si positive sur l’environnement. »

Si vous voulez voir à quel point le progrès environnemental de la production d’œufs est positif, lisez Une affaire de durabilité — un domaine où la production canadienne d’œufs brille!