Une journée dans la vie d’une poule


Si vous connaissez l’expression anglaise « pecking order » (ordre de becquetage), vous vous êtes peut-être déjà demandé quelle en est l’origine. Ne vous creusez plus les méninges. Nous avons interrogé Dre Tina Widowski, professeure à l’Université de Guelph et titulaire de la Chaire de recherche en bien-être de la volaille des Producteurs d’œufs du Canada, afin de connaître la signification de cette expression et de connaître les comportements sociaux d’une poule.

L’expression « pecking order » est passée dans l’anglais courant pour décrire le comportement humain par suite de l’observation des poules et de leurs hiérarchies sociales. Cette hiérarchie est régie par un oiseau que Mme Widowski appelle la « poule alpha ». Cette matriarche domine l’utilisation des aménagements tels l’eau et les aires de nidification. Ce rôle hiérarchique est particulièrement important quand on sait que les poules ont tendance à utiliser de nombreux aménagements en de courtes périodes. La poule alpha a priorité partout, alors que les autres poules font de leur mieux pour éviter la poule dominante. C’est pourquoi il est très important de veiller à ce que les poules aient accès au plus grand nombre possible d’aménagements afin de ne jamais manquer de rien.

hen_culture_960x500-1

Alors, comment se déroule une journée ordinaire dans la vie d’une poule? « Tout le monde niche le matin, dit Dre Widowski, et ce processus prend environ une heure. » Les poules se cherchent un endroit pour nicher, s’asseoir et pondre leur œuf. Après avoir niché les poules voient normalement à se nourrir et à prendre une bonne sieste. L’après-midi est consacré à la recherche de nourriture et au bain de poussière. Puis—vous l’avez deviné—une autre sieste! Les poules synchronisent leur dernier repas de la journée juste avant le tamisage de l’éclairage avant d’aller dormir. « Les poules sont des créatures visuelles qui ne sont pas très actives dans l’obscurité, constate Dre Widowski. Plusieurs d’entre elles préfèrent dormir sur des perchoirs, comportement naturel contre les prédateurs remontant à leurs origines à l’état sauvage. »

À vrai dire, bon nombre des comportements des poules découlent de leurs ancêtres non domestiqués. Ceci inclut la tendance à se percher, héritée de leur ancêtre direct, la volaille rouge de la jungle. Il est essentiel que les chercheurs comprennent l’ascendance de la volaille.

«  Nous étudions les comparaisons entre la volaille rouge de la jungle et la poule moderne afin de pouvoir mieux répondre à la question de savoir de quoi la poule moderne a besoin dans son environnement. » Quand on la compare à ses ancêtres, la poule moderne a procédé à plusieurs adaptations très intéressantes. Par exemple, comme l’explique Dre Widowski, les poules modernes sont écoénergétiques. « Plutôt que de gaspiller leur énergie, elles se font des réserves et elles sont moins craintives que les volailles rouges de la jungle. »

hen_culture_960x500-2

Plusieurs questions au sujet du comportement des poules demeurent sans réponse. Des chercheurs tels Dre Widowski travaillent à approfondir nos connaissances dans ce domaine. Par exemple, quels sont les facteurs qui déterminent quelles poules sont dominantes? « Il semble y avoir corrélation avec la grosseur de la crête, de dire Dre Widowski. Une grosse crête aux couleurs brillantes est le signe d’un oiseau en bonne santé, ce qui peut être aussi un signe de dominance. » Mais avant tout, la compréhension du comportement social des poules aide les producteurs à  élever des poules saines et heureuses, grâce à l’aide qu’apportent des experts comme Dre Widowski.