Douze questions au nouveau titulaire de la Chaire de recherche industrielle CRSNG-Les Producteurs d’œufs du Canada en durabilité


Un des plus brillants chercheurs canadiens en matière de durabilité s’est vu attribuer une prestigieuse chaire de recherche industrielle du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG). Nous avons posé douze questions au Dr Nathan Pelletier sur ses travaux et sur son rôle en tant que titulaire de la Chaire de recherche industrielle CRSNG-Les Producteurs d’œufs du Canada en durabilité.

1. En quoi consiste votre travail?

Dans les systèmes alimentaires modernes, la production de la plupart des aliments est soutenue par toute une série d’activités industrielles réparties dans des chaînes d’approvisionnement complexes. J’étudie les systèmes alimentaires du point de vue de la chaîne d’approvisionnement afin de repérer des risques et des possibilités de première importance sur le plan de la durabilité, et de proposer des solutions aux enjeux liés à cette dernière.

2. Quel parcours vous a mené jusqu’ici aujourd’hui?

J’ai de l’expérience en écologie industrielle et en économie écologique. Depuis plus d’une décennie, j’étudie les systèmes alimentaires dans ces optiques, et ce, en collaboration avec des intervenants de l’industrie alimentaire, notamment les Producteurs d’œufs du Canada. La Chaire de recherche industrielle CRSNG-Les Producteurs d’œufs du Canada en durabilité se situe dans le prolongement naturel de cette expérience et de cette expertise.

3. De quelle façon vos recherches touchent-elles la production d’œufs au Canada?

Mes recherches permettront de dégager des occasions pour les producteurs d’œufs canadiens et leurs partenaires de la chaîne de valeur de continuer à améliorer l’efficacité des ressources, à réduire les émissions et à innover pour l’avenir. Mis ensemble, ces éléments contribueront à améliorer la rentabilité de la production d’œufs, à renforcer la confiance du public et la licence sociale dont jouissent les producteurs d’œufs, et à positionner l’industrie ovocole canadienne en tant que chef de file en matière de gestion du développement durable.

4. Sur quoi travaillez-vous actuellement?

Je mets actuellement en place l’infrastructure de données nécessaire visant à soutenir une modélisation rigoureuse et entièrement transparente de l’industrie ovocole canadienne. En outre, je recrute activement des étudiants au cycle supérieur pour divers types de projets axés sur l’industrie, tout en mettant au point des scénarios de développement durable dans le but d’aider à guider l’évolution constante du secteur.

5. Quel est le moment ou la réalisation dont vous êtes le plus fier dans votre carrière de chercheur?

Que l’on m’ait attribué la Chaire de recherche industrielle CRSNG-Les Producteurs d’œufs du Canada en durabilité. Ce prix témoigne de la pertinence directe de mes recherches dans le domaine de la durabilité, lesquelles aideront les intervenants de l’industrie alimentaire à poursuivre leurs objectifs en matière de durabilité – ce qui, à terme, bénéficiera à tous les Canadiens.

6. Qu’est-ce qu’une chaire de recherche industrielle?

Une chaire de recherche industrielle est un prix décerné par le CRSNG qui facilite la recherche coopérative entre les chercheurs universitaires et les partenaires des milieux industriels en fournissant des fonds équivalents à ceux avancés par l’industrie. Les chaires de recherche industrielle visent à soutenir le développement de travaux de recherche qui répondent à des besoins importants de l’industrie, à fournir une formation de pointe aux étudiants au cycle supérieur, et à produire des résultats d’une grande utilité tant pour l’industrie que pour les Canadiens.

Marc Fortin, vice-président de la Direction des partenariats de recherche du CRSNG; Tim Lambert, chef de la direction, Les Producteurs d’œufs du Canada; Dr Nathan Pelletier; et Deborah Buszard, vice-chancelière adjointe et doyenne, campus Okanagan de l’Université de la Colombie-Britannique (UBC), lors de l’annonce du CRSNG-Les Producteurs d’œufs du Canada à l’UBC à Kelowna, C.-B.

7. Que signifie être titulaire de la Chaire de recherche industrielle CRSNG-Les Producteurs d’œufs du Canada en durabilité?

Ce prix fournit une base solide pour financer un programme de recherche sur cinq ans auquel prendront part de nombreux chercheurs étudiants. Ce programme produira à terme les renseignements, la connaissance et les outils nécessaires pour découvrir et mettre en œuvre les possibilités d’amélioration de la durabilité au sein de l’industrie ovocole canadienne. En bref, cette chaire permet au titulaire d’obtenir le financement nécessaire pour mener à bien un important programme de recherche axé sur l’industrie.

8. Que représente pour vous le fait d’être le nouveau titulaire de la Chaire de recherche industrielle CRSNG-Les Producteurs d’œufs du Canada en durabilité?

Personnellement, je suis à la fois ravi et honoré d’avoir l’occasion d’apporter une contribution importante à la recherche visant à faire progresser la durabilité de l’industrie ovocole canadienne, laquelle constitue un acteur essentiel dans notre secteur agroalimentaire. Ce prix confirme la pertinence sociale de la recherche sur la durabilité de façon générale et des travaux auxquels je me suis consacré depuis plus d’une décennie.

9. Que ferez-vous de la subvention de recherche associée à la Chaire?

La subvention de recherche servira à financer le travail de six adjoints de recherche de premier cycle, de cinq étudiants à la maîtrise, de quatre étudiants au doctorat et de deux stagiaires postdoctoraux, lesquels travailleront avec moi à la mise en œuvre d’un programme de recherche sur cinq ans. Ce programme produira les données, les modèles et les outils d’aide à la prise de décision qui permettront aux producteurs d’œufs canadiens et à leurs partenaires de la chaîne de valeur de mettre en œuvre des initiatives efficaces de mesure, de gestion et de communication de la durabilité.

10. Que préférez-vous de votre travail de collaboration avec l’industrie ovocole?

Je suis particulièrement sensible à l’approche très proactive des Producteurs d’œufs du Canada en ce qui concerne le soutien à la recherche et la participation de chercheurs pouvant contribuer à faire évoluer le secteur ovocole. C’est formidable d’entreprendre des recherches avec un partenaire de l’industrie en sachant que les résultats seront mis en pratique directement par les producteurs d’œufs canadiens et les autres intervenants du secteur.

11. Quelles sont les plus importantes occasions qui s’offrent aux producteurs d’œufs de prendre l’initiative en matière de durabilité environnementale?

L’industrie ovocole canadienne joue déjà un rôle de premier plan en appuyant mes recherches en tant que titulaire de la Chaire de recherche en durabilité et en travaillant de concert pour rendre possible la réalisation de la Chaire de recherche industrielle CRSNG-Les Producteurs d’œufs du Canada. En participant activement au programme prévu de recherche sur cinq ans, et en collaborant de façon dynamique avec mon équipe pour faire en sorte que les résultats des recherches soient transférés efficacement aux producteurs d’œufs canadiens, l’industrie sera bien placée pour exercer un rôle de chef de file mondial en matière d’initiatives de mesure, de gestion et de communication de la durabilité dans le secteur agroalimentaire.

12. Alors… quelle est votre façon préférée de manger des œufs?

Hmmm. J’ai de la difficulté à trouver une façon de manger les œufs qui ne me plaît pas! Je peux cependant affirmer que j’adore les œufs bénédictine et les œufs farcis aux piments chipotle.