Faire une différence par l’éducation, l’emploi et l’espoir


Heart for Africa a donné de l’espoir à une communauté toute entière lorsqu’ils ont lancé leur projet agricole de grande envergure en 2009 et invité le milieu agricole international à les aider à trouver une solution à la faim au Swaziland.

La ferme multisectorielle en pleine croissance et la communauté offrent des aliments, des soins et de l’éducation à plus de 100 enfants abandonnés qui vivent sur place, ainsi que de l’emploi et une formation à 280 Swazis qui exploitent la ferme et prennent soin des enfants.

« Les enfants sont arrivés chez Heart for Africa parce qu’ils n’avaient aucune autre place à aller », explique Fred Krahn, un producteur d’œufs de Abbotsford, Colombie-Britannique, qui donne de son temps pour aider à planifier la conception de l’exploitation ovocole de Heart for Africa en milieu rural au  Swaziland.

Fred a visité les installations il y a un peu plus d’un an pour en apprendre davantage au sujet du Swaziland, Heart for Africa et la ferme qui s’y trouve.  Il explique que ce pays du sud de l’Afrique qui partage ses frontières avec le Mozambique et l’Afrique du Sud, a l’un des taux d’infection VIH/SIDA les plus élevés au monde.

L’épidémie a eu un effet sérieux sur la santé des Swazis et a laissé près de la moitié de la population du pays comme enfants orphelins ou vulnérables dont plusieurs qui souffrent de malnutrition.  Heart for Africa font ce qu’ils peuvent pour faire une différence en offrant de l’éducation, de l’emploi et de l’espoir à une communauté depuis longtemps oubliée.

Depuis sa visite, le nombre d’enfants sous les soins de Heart for Africa a quasi doublé et la communauté continue d’accueillir un nouveau bébé presque tous les douze jours.

« Tout est axé sur les enfants », dit-il.  « Ils s’affairent à élargir les installations pour accommoder l’âge des enfants. »  La résidence inclut actuellement une garderie, un centre médical et dentaire, une résidence pour enfants et une maternelle qui fournit l’éducation préscolaire et fait la promotion d’une éducation toute la vie durant.

La plupart des enfants ont moins de quatre ans.  « Comme la majorité des enfants, ils sont très curieux et de grands observateurs », ajoute-t-il.  « Nous avons visité la garderie, là où ils étaient très intéressés de savoir pourquoi nous étions ici. »

Les enfants auront aussi l’occasion d’apprendre au sujet de l’agriculture. « C’est excellent que de grandir sur une ferme », de dire Fred qui ajoute qu’ils pourront apprendre un métier et faire l’acquisition de compétences professionnelles.

Les poulaillers sont actuellement en construction grâce à l’appui de donateurs et de supporteurs généreux.  La structure des poulaillers en plein-air a été complétée et l’équipement est en voie d’être installé.  Très bientôt, une équipe de bénévoles se rendra au Swaziland pour assurer la formation des employés à la ferme et les conseiller une fois que le premier troupeau de poulettes arrivera en janvier.

Suite à ma conversation avec Fred, il est facile pour moi de voir jusqu’à quel point il croit en cette cause et de constater tout le respect qu’il a pour les fondateurs de Heart for Africa, Ian et Janine Maxwell.

« Ils ont dressé le plan d’affaires et le suivent avec beaucoup de compassion. »

Des dons peuvent être faits en visitant heartforafrica.ca (ou heartforafrica.org aux États-Unis) et en cliquant sur « poultry house ». Votre contribution apportera une source durable de protéines de haute qualité et une meilleure nutrition à une communauté toute entière.