Passer au contenu principal

Nouvelles

David Lefebvre: J’avais envie de voir autre chose, pour découvrir que l’agriculture était ma passion

Voici le dixième d’une série de portraits de jeunes producteurs d’œufs. Ils participent tous au programme national de la relève des Producteurs d’œufs du Canada et prendront part au congrès annuel de la Table pancanadienne de la relève agricole, qui se tient à Vancouver du 26 au 29 février.

David Lefebvre

La Présentation (Québec)
24 ans

« J’avais envie de voir autre chose, pour découvrir que l’agriculture était ma passion ».

On pourrait croire au départ que la formation de David Lefebvre n’a rien à voir avec la production d’œufs. Il est diplômé en génie, et travaille pour une firme d’experts-conseil en génie.

Mais il ne faut pas si fier aux apparences : David affirme que son diplôme, ainsi que le poste qu’il occupe, servent à le préparer à un jour prendre la relève de l’entreprise ovocole familiale.

Bien qu’ayant grandi sur une terre, David n’était pas certain de vouloir poursuivre une carrière en agriculture.

« J’avais envie de voir autre chose, pour découvrir que l’agriculture était ma passion », raconte-t-il.

Mais c’est une passion qu’il aborde à sa façon.

David a d’abord fait des études en génie agro-environnemental à l’Université Laval, à Québec, mais a reçu son diplôme en génie des eaux.

Il a par la suite été embauché par Fusion Expert Conseil, une firme de Drummondville spécialisée dans la construction de bâtiments agricoles. Il y fait son juniorat, et un ingénieur agréé doit superviser son travail jusqu’à ce qu’il obtienne son permis d’ingénieur.

« Au bureau je touche à toutes sortes de choses; j’obtiens donc beaucoup d’expérience dans le domaine agricole en général » dit-il, en expliquant que la firme s’occupe de projets de construction pour les industries laitière, porcine et de la volaille.

« Et en plus, je suis mandaté au bureau d’être responsable des projets de pondeuses, ce qui me permet d’acquérir des connaissances dans le secteur », dit-il.

Et parce que ces projets de pondeuses se trouvent partout au Québec, il rencontre des producteurs de partout et se monte un réseau intéressant qui lui sera utile plus tard.

David a choisi de faire ses études en génie parce que la profession l’intéressait, mais aussi parce qu’il savait que l’entreprise familiale manquait de connaissances dans le domaine.

Pour bien produire des œufs, dit-il, il faut beaucoup de connaissances techniques–que ce soit pour construire des bâtiments ou pour gérer des eaux, pour ne pas parler de tout le côté environnemental comme la gestion des fumiers et l’application des règlements.

Les connaissances qu’il en en voie d’obtenir l’aideront à mieux prendre des décisions quand il sera impliqué dans la gestion de l’entreprise familiale.

En attendant, il continue de s’instruire.

Pour mieux comprendre les besoins du public et les préoccupations des consommateurs, il s’est impliqué auprès de la Fédération des producteurs d’œufs du Québec. Il a travaillé comme bénévole au centre d’interprétation de la Fédération, une roulotte avec une exposition interactive qui visite les foires et les écoles pour expliquer la production d’œufs.

Il est aussi en train d’obtenir un certificat en production animale.

David reconnaît qu’il est très attaché à l’entreprise familiale, qu’il espère un jour diriger avec sa sœur.

« On serait la septième génération, alors il y a une longue histoire derrière tout ça, dit-il. Quand je vois la passion dans les yeux de mon grand-père c’est stimulant, et ça me pousse à vouloir continuer l’aventure ».

Commentaires

Abonnez-vous dès aujourd’hui à notre bulletin d'information