COVID-19 : Outils, ressources et dernières nouvelles

Nous célébrons les cinq ans de notre partenariat avec Heart for Africa (Canada)


Ian et Janine Maxwell sont producteurs d’espoir. Plus précisément, à titre de cofondateurs de Heart for Africa (Canada), ils font germer l’espoir en un lieu qui en a bien besoin : le royaume de l’Eswatini. Pour ce faire, ils peuvent compter sur l’aide des producteurs d’œufs canadiens, qui célèbrent cette année le cinquième anniversaire de leur partenariat salvateur avec les Maxwell et le Projet Canaan. Ils œuvrent, tous ensemble, à reconstituer le tissu social d’une nation en difficulté.

« L’Eswatini présente le plus haut taux de VIH/sida au monde », explique Janine Maxwell. Près d’une génération entière d’adultes swazis a été emportée par la maladie, laissant derrière elle un demi-million d’orphelins et d’enfants vulnérables. La malnutrition est omniprésente, et le taux de chômage, élevé. En d’autres termes, le désespoir règne. Heart for Africa s’est donné pour mission de renverser la vapeur.

Heart for Africa (Canada) s’attaque donc aux piliers des problèmes de l’Eswatini, notamment en aidant à la prise en charge et à l’éducation des orphelins tout en approvisionnant la communauté en aliments nutritifs. Il y a cinq ans, les Producteurs d’œufs du Canada se sont associés à Heart for Africa (Canada) pour bâtir un poulailler, histoire d’offrir tous les bienfaits nutritionnels de l’humble œuf à une collectivité en manque de protéines. Aujourd’hui, cinq ans plus tard, on estime que 5 millions d’œufs ont été livrés par l’entremise d’églises locales partenaires ou de postes de ravitaillement, un peu partout dans les régions rurales de l’Eswatini.

« Nos partenaires ne tarissent pas d’éloges au sujet du programme d’alimentation et de ses œufs, dit Janine. Avant notre arrivée, les enfants se tournaient vers les églises des environs pour espérer recevoir à manger. Celles-ci faisaient évidemment de leur mieux, mais aujourd’hui, elles sentent qu’elles peuvent compter sur un réel soutien. On entend parfois parler de gens qui marchent cinq kilomètres juste pour avoir un repas. »

Ces cinq années passées à ajouter des œufs aux repas distribués ont vraiment changé les choses, disent les Maxwell. « Ces enfants ont enfin droit à des aliments nourrissants, riches en protéines, dit Ian. Ils renaissent. Ils sentent qu’on se soucie d’eux. Et ça, c’est porteur d’espoir. »

Et cet espoir a ouvert la voie au progrès. Le Projet Canaan des Maxwell est né dans une maison perchée sur une colline, d’où le couple pouvait voir plusieurs propriétés des environs. À la tombée de la nuit, le paysage était moucheté de lueurs orangées, dues aux feux qu’allumaient leurs voisins pour préparer les repas. Aujourd’hui, les Maxwell fournissent du travail à plus de 300 personnes, ce qui fait d’eux les plus importants employeurs de la région. Les maisons des alentours sont équipées de lumières électriques, preuve d’une stabilité jusque-là inaccessible.

Mais si l’espoir laisse entrevoir des temps plus prospères, la route n’est pas sans obstacle. En effet, les crises qui frappent l’Eswatini prennent de l’ampleur. Une sécheresse d’une durée de trois ans a dévasté des récoltes de subsistance, aggravant la famine parmi les habitants. De plus en plus d’enfants se présentent aux portes des églises, en quête de nourriture. La situation se détériore. Et c’est là que le Canada entre en scène.

« Le monde entier ne ressemble pas au Canada, dit Janine. Nous sommes vraiment choyés. Il est temps d’en faire profiter d’autres personnes. » Et il est si facile de donner au suivant, en se laissant inspirer par les Maxwell. Ainsi, des producteurs d’œufs se rendent encore régulièrement en Eswatini pour contribuer à l’opération du poulailler du Projet Canaan, offrant gratuitement de leur temps et de leur expertise.

Plus de 250 enfants ont fait du Projet Canaan leur chez-soi, et nous sommes ravis de voir combien ils aiment les œufs!

Les donateurs du Canada, comme les producteurs d’œufs, participent à une grande mission d’espoir. Les enfants de la première cohorte des Maxwell à suivre des études secondaires recevront leur diplôme en 2029. « Ils seront prêts à diriger. Le pays manque de meneurs. Or, nos jeunes seront prêts à endosser ces rôles », affirme Ian.

C’est là tout l’objectif : aider la population de l’Eswatini à envisager un nouvel avenir collectif. « La dignité est fondamentale, affirme Janine. Être capable de nourrir sa famille procure cette dignité. En ce sens, le Projet Canaan est un catalyseur qui, espérons-le, dynamisera tout le pays. »

Envie d’en savoir plus sur les progrès réalisés pendant nos cinq ans de #Cocollaboration? Téléchargez notre infographie pour mieux comprendre l’immense contribution de l’humble œuf en Eswatini.

Aidez-nous à maintenir la vitalité du Projet Canaan pendant encore de nombreuses années. Cliquez ici pour faire un don au projet ovocole de Heart for Africa (Canada). (en anglais seulement)