Comment Valérie Grenier, professionnelle de ski alpin, commence-t-elle sa journée? Avec 2 œufs, évidemment!


Avec l’ouverture des Jeux panaméricains à Toronto cette semaine, le moment est bien choisi de penser à nos athlètes canadiens et à tout le travail et le dévouement qu’ils investissent dans leur discipline sportive pour atteindre leurs buts. 

Récemment, j’ai eu la chance de rencontrer la skieuse alpine professionnelle Valérie Grenier. Âgée d’à peine 19 ans, Valérie a déjà commencé à se faire un nom sur la scène internationale. Elle s’est classée 3e en slalom géant aux Championnats du monde junior et, athlète fière et engagée, on lui prédit déjà de grands exploits à la Coupe du monde, aux Championnats mondiaux et aux Jeux olympiques. Valérie a eu la gentillesse de s’arrêter quelques instants pour discuter avec moi de ses réalisations, de prodiguer quelques conseils aux jeunes qui se lancent dans un nouveau sport ou activité et, bien entendu, de parler des œufs! Voici la version intégrale de cette entrevue.

Vous avez déjà commencé à vous faire un nom sur le circuit international et vous êtes déjà une sérieuse aspirante au podium à la Coupe du monde, aux Championnats mondiaux et aux Jeux olympiques. Qu’est-ce que ça vous fait de savoir que, selon  Canada Alpin vous serez à surveiller aux Jeux de 2018 et de 2022?

Savoir que les gens de Canada Alpin croient que je peux bien les représenter aux prochaines Olympiques me rend extrêmement heureuse. C’est ce que j’ai toujours rêvé et ce rêve me semble devenir de plus en plus à ma portée.

Quel effet est-ce que le fait de grandir sur une ferme de production d’œufs a eu sur votre vie et votre  sport?

Le fait de grandir sur une ferme de production d’œufs m’a montré qu’il est important de travailler fort pour atteindre ses buts. Le travail sur une ferme est dur mais gratifiant. Vous connaîtrez des défaites, mais vous ne devez jamais lâcher. C’est important dans la vie et c’est important dans le sport.

Récemment, vous avez été invitée à vous adresser aux élèves de l’école primaire de votre enfance, l’École élémentaire catholique Saint-Isidore. Comment avez-vous trouvé l’expérience de parler à des jeunes de la nécessité de travailler fort pour atteindre ses buts?

Revenir à mon école élémentaire a réveillé tellement de beaux souvenirs! J’ai bien aimé parler aux jeunes élèves de la nécessité de travailler fort, mais c’est encore plutôt irréel pour moi. C’est vraiment spécial de se retrouver comme leur modèle et de motiver les jeunes à poursuivre leurs rêves.

Quel serait le meilleur conseil que vous donneriez à des enfants qui débutent dans une discipline sportive ou une activité?

Le conseil que j’ai à donner aux enfants c’est de toujours faire de leur mieux, dans toutes les activités auxquelles ils participent, tout en ayant le plus de plaisir possible! Tôt ou tard, travailler fort donne des résultats!

Pour une athlète professionnelle, l’entraînement est évidemment une partie importante de la vie. Comment votre alimentation fait-elle partie de tout cela et quels choix alimentaires faites-vous pour vous aider à tirer le maximum de vos séances d’entraînement?

J’essaie d’avoir un régime bien équilibré afin d’avoir toute l’énergie dont j’ai besoin pour performer à un haut niveau. Donc je mange beaucoup de protéines maigres, de lipides sains et des glucides. Je commence toujours la journée avec deux œufs parce qu’ils sont les meilleurs, contenant 6 grammes de protéines de  haute qualité et 14 nutriments importants. C’est un aliment simple, délicieux et nutritif qui me donne de l’énergie toute la journée.

Quelle est votre plat d’œufs favori?

J’aime mes œufs en omelette, avec beaucoup de légumes et de fromage!

J’ai vraiment aimé ma rencontre avec Valérie. Je sais que nous tous de  l’équipe des Producteurs d’œufs du Canada suivrons de près sa carrière et serons là pour l’encourager!