Pourquoi les producteurs d’œufs s’intéressent aux questions commerciales


Vous êtes probablement tous au courant du phénomène social que sont les autophotos, ou selfies. Vous avez peut-être même entendu parler de ce qui fait fureur chez les fermiers, le felfie. Que diriez-vous maintenant de tourner la caméra sur vous afin d’aider à promouvoir une industrie des œufs stable et durable en participant à la campagne d’échange d’autophotos de l’Organisation mondiale du commerce (OMC)?

Le prochain forum public de l’OMC aura pour thème Pourquoi le commerce nous concerne tous. Ce qui soulève une autre question : pourquoi le commerce international importe-t-il à l’industrie canadienne des œufs?

À vrai dire, l’histoire de notre secteur commercial est plutôt unique. Les producteurs d’œufs canadiens opèrent sous un régime de politique intérieure appelé gestion de l’offre. Nos producteurs souscrivent à ce régime de gestion de l’offre et s’engagent à observer un ensemble de règles qui aide à assurer un approvisionnement constant d’œufs frais, de haute qualité et produits sur des fermes canadiennes, ce qui permet de faire en sorte que les producteurs sont rémunérés équitablement pour leurs efforts.

Pour fonctionner avec efficience et efficacité, la gestion de l’offre s’appuie sur trois piliers : mesures de contrôle des  importations, planification de la production et établissement des prix à la production. Chacun de ces piliers est de toute première importance dans le fonctionnement harmonieux du système.

Les Producteurs d’œufs du Canada collaborent étroitement avec leurs partenaires du secteur de la  gestion de l’offre à suivre le déroulement des négociations commerciales et à représenter les intérêts des producteurs de chez nous dans le contexte de diverses activités internationales, y compris les négociations de l’OMC.

Le Canada a négocié avec succès plusieurs accords commerciaux tout en maintenant son régime de gestion de l’offre. Par conséquent, alors que notre gouvernement continue de négocier des accords commerciaux, nous avons confiance qu’il veillera à ce que les piliers de la gestion de l’offre demeurent intacts.

De plus, la nouvelle politique de l’Organisation mondiale des agriculteurs en matière d’échanges commerciaux donne aussi son appui à la gestion de l’offre :  

« Les règles commerciales doivent permettre l’adoption de mesures politiques qui contribuent à la stabilité des approvisionnements comme des filets de sécurité, la commercialisation ordonnée et la gestion de l’offre, ainsi que des mesures de sauvegarde prédéfinies pour contrer les afflux d’importations. » (traduction libre)

C’est donc dire que le régime de gestion de  l’offre est reconnu par la communauté agricole mondiale — tant dans les pays en développement que dans les pays développés ainsi que dans les pays axés sur l’exportation et sur la production pour le marché intérieur — comme une mesure politique légitime contribuant à la stabilité du marché intérieur.C’est une importante réalisation.

Nous percevons essentiellement la stabilité qu’apporte la gestion de l’offre à notre marché intérieur comme quelque chose qui atténue les risques de nos collègues agriculteurs qui désirent tirer parti des opportunités d’exportation sur les marchés internationaux.

Or, certains croient que la gestion de l’offre bloque les importations, ce qui n’est tout simplement pas le cas. Le Canada respecte les règles du Cycle d’Uruguay et importe chaque année cinq pour cent de sa consommation nationale d’œufs. Il n’en est pas ainsi pour tous les membres de l’OMC. Par exemple, l’Union européenne importe moins d’un pour cent de sa consommation interne de porc.

Pour que les importations demeurent prévisibles, on a recours à une forme de contrôle des importations appelée contingents tarifaires. Parce que nos producteurs doivent connaître la quantité d’œufs importés afin de planifier la production nécessaire pour répondre aux besoins des Canadiens sans créer d’excédents, les contingents tarifaires limitent les importations d’œufs à un volume convenu.

Enfin, un autre important élément de la conjoncture commerciale de notre industrie concerne la production locale.

De plus en plus, les consommateurs veulent connaître la source des aliments qu’ils consomment. Lors d’un récent sondage, 95 pour cent des consommateurs canadiens interrogés ont déclaré qu’il importait pour eux que leurs œufs proviennent du Canada.

Nos producteurs travaillent fort chaque jour à produire des œufs frais locaux qui répondent aux normes les plus élevées de qualité et de salubrité des aliments afin de satisfaire la demande des Canadiens. En maintenant la gestion de l’offre, nous sommes en mesure d’assurer que les producteurs canadiens répondent à la demande d’œufs sur le marché canadien. Donc, si vous êtes l’un de ces producteurs ou un Canadien qui aime des œufs produits localement, pourquoi ne pas utiliser votre prochaine autophoto pour raconter votre histoire et appuyer l’industrie canadienne des œufs?

Pour plus de renseignements sur la façon de soumettre votre histoire et votre photo visitez le site Web de l’OMC.