Passer au contenu principal
COVID-19 : Outils, ressources et dernières nouvelles

Les producteurs d’œufs canadiens de moins de 40 ans à surveiller


Le secteur ovocole canadien regroupe des producteurs exemplaires qui sont des modèles à émuler non seulement sur le plan de leur travail à la ferme, mais aussi des efforts consentis au sein de leur collectivité. Nous sommes fiers de présenter quelques leaders prometteurs qui ont été honorés dans le cadre du programme des 4 producteurs de moins de 40 ans à surveiller (Top 4 Under 40 – en anglais) de Canadian Poultry.

Le programme des 4 producteurs de moins de 40 ans à surveiller a été créé dans le but de reconnaître les jeunes leaders de l’industrie agricole, qui ont tous été sélectionnés en raison de leur sens de l’innovation, de leur leadership et de l’influence qu’ils ont sur leur collectivité. Faites la connaissance des trois producteurs d’œufs canadiens qui se sont taillé une place sur la liste et découvrez les raisons pour lesquelles ils ont été sélectionnés.

Anneke Stickney, Elora, Ontario

Après avoir obtenu un diplôme dans le domaine des affaires et acquis une dizaine d’années d’expérience en finances, Anneke Stickney (en anglais) est retournée aux sources pour prendre la relève de la ferme ovocole familiale en Ontario. « Mon éducation et mon expérience dans le domaine bancaire m’ont incontestablement donné un aperçu des activités quotidiennes », dit Anneke.

Pour lancer sa carrière en agriculture, Anneke a participé au Programme des jeunes producteurs des Producteurs d’œufs du Canada, un programme d’échelle nationale qui favorise le leadership et l’échange des pratiques exemplaires entre les producteurs. Forte de son expérience dans le domaine des finances et de ses apprentissages tirés du programme, Anneke a dirigé l’expansion de la ferme familiale et la transition vers des logements aménagés pour les poules pondeuses.

Aujourd’hui, sa ferme compte trois poulaillers, chacun équipé d’une nouvelle technologie qui améliore la ventilation et optimise l’espace pour les poules. Ces avancées rendent aussi l’exploitation plus efficace en permettant notamment une collecte plus rapide et plus délicate des œufs, ce qui réduit le gaspillage à la ferme.

Lorsqu’Anneke ne s’occupe pas des poulaillers ou des registres de la ferme, elle élève ses quatre fils et redonne à la collectivité. Dans le cadre du programme de don d’œufs (en anglais) des Egg Farmers of Ontario, Anneke coordonne les dons d’œufs cuits durs aux programmes de déjeuners des écoles de sa région. Elle est également trésorière du réseau Ag Women’s Network (en anglais), un groupe de plus de 2000 productrices et professionnelles qui vise à autonomiser les femmes du domaine agricole.

Harley Siemens, Rosenort, Manitoba

Harley Siemens (en anglais) est un producteur d’œufs de quatrième génération, un infatigable éducateur et un ardent défenseur du système de gestion de l’offre.

Lorsque son père a voulu agrandir la ferme familiale, Harley a pris les rênes, il a fait des recherches, élaboré un plan et exécuté les travaux de construction. « J’ai visité quelques fermes… J’ai parlé à plusieurs fournisseurs de logements et tout s’est mis en place très rapidement », raconte-t-il. En peu de temps, Harley avait fait la transition vers un système de logement en liberté, ce qui a amélioré la productivité de la ferme.

Lorsqu’il ne travaille pas à la ferme, Harley défend fièrement l’industrie agricole canadienne. Il adore partager ses connaissances et permettre aux Canadiens de se rapprocher de leur nourriture.

« Je crois qu’il est important, non seulement pour les producteurs d’œufs, mais aussi pour les autres agriculteurs canadiens, de faire connaître notre histoire. Les habitants des collectivités urbaines n’ont pas toujours l’occasion de voir ce côté (agricole) », dit Harley. Il encourage les agriculteurs à ouvrir leur porte, à répondre aux questions et à gagner la confiance des Canadiens.

« Notre travail consiste à informer le public et à lui montrer ce que nous faisons », ajoute-t-il. Il offre aux étudiants des visites virtuelles de son poulailler dans le cadre du programme BC Agriculture in the Classroom (en anglais) et participe activement à des événements agricoles afin d’informer le public et de faire connaître l’importance de la production ovocole chaque fois qu’il le peut.

Richard Boer, Chilliwack, Colombie-Britannique

Élevé sur une ferme laitière, Richard Boer (en anglais) a toujours apprécié le dur labeur. Il connaissait les exigences du métier d’agriculteur, mais avait peu d’expérience pratique avec les poules à ses débuts dans le secteur ovocole.

Le manque d’expérience de Richard en production ovocole a été compensé par sa préparation. En 2019, Richard a participé au Programme des jeunes producteurs, d’échelle nationale, des Producteurs d’œufs du Canada. « J’ai rencontré des personnes bien informées qui m’ont donné de bons conseils et elles sont devenues mes mentors. Ces personnes étaient plus que disposées à répondre à toutes mes questions », dit Richard.

Aujourd’hui, Richard dirige une ferme aux activités variées à l’aide de sa femme, Jacqueline, et de ses beaux-frères. La ferme abrite des poules pondeuses, des poulettes, des poulets à griller et des vaches laitières.

Lorsque la pandémie a frappé et que les Canadiens cherchaient des aliments locaux, Richard s’est rapidement adapté afin de permettre à ses voisins d’avoir plus facilement accès à des œufs frais de haute qualité. Son approche novatrice consistait, entre autres, à vendre des œufs à l’aide d’une machine distributrice automatisée, ce qui a permis d’éliminer le contact en personne.

Lorsqu’il n’est pas à la ferme, Richard redonne aux collectivités canadiennes et étrangères. En 2019, il s’est rendu en Eswatini dans le cadre du partenariat des Producteurs d’œufs du Canada avec l’organisme Heart for Africa (Canada) (en anglais). Richard y a partagé ses compétences et a contribué à la construction d’une ferme ovocole qui fournit maintenant des millions d’œufs chaque année et qui aide à nourrir les enfants vulnérables et la collectivité.